CANON DE LA COLCA

Le canyon de la Colca est le 2ème canyon le plus profond au monde (3400 mètres), derrière son voisin péruvien, le canyon de Cotahuassi (3595 mètres). Certes, moins célèbre que son rival américain, il reste toutefois tout aussi magnifique. Une véritable merveille de la nature.

Plusieurs boucles sont possibles (1, 2, 3 jours) depuis Cabanaconde, le point de départ de la descente du canyon. Vous aurez l’embarras du choix en terme d’agences depuis Arequipa. J’étais partie de là et j’avais choisie l’option 2 jours. Personnellement, je ne vois pas comment c’est possible de le faire en 1 jour, à part des warriors ou des pros. C’est quand même très physique. Restez-y une nuit à minima pour recharger les batteries.

Il n’est pas nécessaire d’avoir un guide, les sentiers sont balisés. Mais attention tout de même. La prudence est de rigueur au vu de l’immensité du canyon, de la descente, du dénivelé (+ de 1000 mètres jusqu’en bas) et du vide. J’ai le vertige et, à certains endroits, je ne faisais pas ma maligne. 

  • 1ère étape : le mirador “Cruz del Condor” pour observer toute la beauté du canyon et les condors, oiseaux sacrés des incas. C’est aussi le 2ème plus grand oiseau capable de voler après l’albatros. Son vol est d’une grande majesté. Ils peuvent sortir uniquement s’il fait chaud. On pourrait les comparer à des aigles mais en moins méchants !
  • 2ème étape : le début de la descente avec les champs de Cabanaconde, petit village perché à 3287 mètres. Au total, ce sont 3h de marche non stop jusqu’en bas. Munissez-vous de bonnes chaussures de marche puisque vous emprunterez de petits chemins poussiéreux et glissants. De plus, comme c’est que de la descente, vos genoux prendront chers. Attention au dénivellé ! C’est parfois flippant pour ceux qui ont le vertige. Je me rappelle avoir fait une crise d’angoisse car je ne trouvais plus mon groupe et mon guide. J’étais en effet la dernière et la plus lente car j’avais peur du vide et de glisser. J’étais contente d’arriver à ces petites maisons qui bordent l’eau, à flanc du canyon. C’est d’ailleurs là que nous avons déjeuner. Vous pouvez y dormir. Encore une fois, toute cette 1ère partie d’excursion, certes physique, est totalement réalisable sans guide. 
  • 3ème étape : la descente jusqu’à l’oasis de Sangalle. Jusqu’à l’arrivée de notre lodge, il y aura encore quelques descentes et montées difficiles sur des petites pierres. Mais on tient le bon bout lorsque l’on traverse le pont avec la petite cascade et la fôret tropicale. Place alors à la magie avec les figuiers, les palmiers, les chevaux et les piscines naturelles. On ne va pas se mentir non plus, le coin est un peu touristique mais ça fait le job. Je pense que si je devais refaire le trek, je dormirai à San Juan de Chucho, plus calme et plus authentique. Idéalement, n’arrivez pas trop tard dans votre lodge, histoire de profiter de la piscine et de vous détendre dans l’eau après 5h de marche ! A l’époque, il n’y avait ni électricité ni douche. Même si je me serai bien décrassé un peu, je n’aurai pas eu le courage de rentrer sous la douche à cause du froid. Tout fonctionnait à la bougie ou à la lampe torche. Depuis, les choses ont dû évoluer puisque cela remonte à 10 ans ! Le soir, place à la dégustation avec les spécialités locales : les fameux caldos “andins”, une soupe de viande, maïs et pomme de terre. Un délice. 
  • 4ème étape : la montée !!!  Réveil à 5h du matin pour l’entamer afin d’éviter la chaleur et jouir des jeux de lumière au lever du soleil. Je ne vous cache pas que j’ai vécu un enfer mais ça en valait pas la peine. J’ai craqué à 30 minutes de la fin après avoir marché 2h30 en montée. J’ai terminé sur une mule sans selle car ce n’était pas prévu. De plus, je devais la tenir à son poil donc pas évident avec le vide à côté qui vous pend au bout du nez !
  • 5ème étape : petit déjeuner au village et bains thermales à Caylloma. Le lieu est rempli de touristes mais là ça fait du bien de se décraser après 7h de marche sans se laver. Retour à Arequipa en fin de journée.

Même si cette boucle est très demandée car c’est la plus courte, l’expérience reste magique et remplie de bons souvenirs. Comme je vous le disais au début, vous avez l’embarras du choix quant aux étapes de votre randonnée. Seb et Laura de Globe blogeurs, que j’adore et que je suis, sont passés par un autre chemin qui avait l’air canon. Je vous invite à lire leur article ici

Buen viaje !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *